•  
  •  
AdoJeunologie® / AdoJeunes
  Retour aux billets

Une jeunesse de « reconquête » - Une éthique juvénile

<h2>Une jeunesse de « reconquête » - Une éthique juvénile</h2>


 
Mieux répondre aux aspirations des adojeunes
 

 
« Dans ce cimetière des illusions perdues et des légitimités défuntes, partout pointe toute la désespérance d'un peuple troué de haines et de défaites. Partout rôde le spectre du désenchantement, tandis que les âmes rongées « portent le soleil noir de la mélancolie » [Gérard de Nerval, Les Chimères (El Desdichado), 1854]. Cette marée basse du cœur et de la raison fait le lit d'un universel scepticisme, d'un étrange attentisme, à rebours des passions violentes qui ont ponctué notre histoire ». (Dominique de Villepin, Les Cent-Jours ou l'esprit de sacrifice - Paris, Librairie Académique Perrin, 2001). Ce tableau historique si navré pourrait, hélas, s'appliquer à la détresse diffuse collective de notre jeunesse perdue, comme à la triste situation individuelle des adolescents tourmentés. Prenons conscience et agissons ! La néogénération requiert, toujours, une famille qui aime, éduque, socialise, entretienne matériellement ; une école génératrice de savoirs, d'emploi, d'humanisme ; un travail qui permette l’autonomie, la maturité, l’utilité sociale, l’insertion, l’épanouissement ; des relations psychoaffectives basées sur la confiance, le partage, l’altruisme ; des loisirs récréatifs qui assurent détente, mobilité physique et convivialité ; une culture qui élève, ouvre, enrichisse ; des valeurs d’accomplissement, de plénitude et don de soi ; une société, des politiques publiques qui encadrent, sauvegardent et promeuvent… A défaut, le « déni de jeunesse » est une imposture ! Les juniors aspirent fort à des valeurs solides, intangibles, intemporelles et universelles. Les leurs sont libertaires - contestataires ; consuméristes - hédonistes ; généreuses - idéalistes. Notre société occidentale reposait sur les idéaux de l’Antiquité gréco-romaine ; du christianisme ; de la philosophie des Lumières ; et des déclarations des droits des révolutions britannique, américaine, française : progrès, tolérance, liberté, égalité, sûreté.
 
 

Une néogénération en quête d'absolu
 


Socratisme
, platonisme, aristotélisme helléniques avaient promu une axiologie de raisonnement, connaissance de soi, méditation, d'intériorité, empirisme et de logique. (Aristote, Métaphysique, quatrième siècle avant J.-C. - Paris, Gallimard, 1988). Le stoïcisme romain, enseigné par Sénèque, Epictète et Marc Aurèle cultivait la vertu selon la raison. Les idéaux moraux supérieurs primant sur tout individu, ainsi que l’impératif du devoir. (Sénèque, Lettres à Lucilius, v. 65 - Paris, Gallimard, 1962). Le christianisme originel des martyrs, pères de l’Eglise, s’était bâti sur une théologie révélée, trinitaire, incarnée, rédemptrice et universaliste. « Il n’y a ni Juif, ni Grec, ni homme, ni femme, ni esclave, ni homme libre ; car tous ne faites qu’un dans le Christ » ! (Saint Paul, Epître aux Galates, 3-28, Nouveau Testament, La Bible - La Bible de Jérusalem, Paris, Editions de la Martinière, 2003). La philosophie des Lumières, Aufklärung ou Enlightenment, de l’Encyclopédie, d’un Voltaire et Rousseau, Diderot ou d’Alembert imposait, en plein Ancien Régime finissant, « encalminé », cartésianisme, rationalisme, cosmopolitisme. (Jean-Jacques Rousseau, Emile ou de l’Education, 1762 - Paris, Gallimard, 1990). Ces « métavaleurs » font, de façon si déchirante, défaut à notre jeunesse et la société. La génération nouvelle désespère et se considère avec douleur comme totalement « sacrifiée » par ses aînés. « Tout est chaos, à côté, tous mes idéaux des mots, abîmés… Je cherche l’âme, qui pourra m’aider. Je suis d’une génération désenchantée, désenchantée !… » (Mylène Farmer, album « L’Autre » : Désenchantée - Paris, Polydor, 1991). Cette jeunesse ne se ressourcera qu'en des idéaux solides !   
 

 

Conseil des juniors, coaching de vie des ados, réalisation de soi du jeune, développement personnel de l'adolescent, éducation adojeunologique, adolescents, adolescence, jeunes, jeunesse, 15-24 ans, famille d'ado, parents d'adojeunes, Paris, Yves REMY, AdoJeunologie®.  




Blog 2 : 
http://www.adojeunologie.fr - yr@adojeunologie.com
 



 

Rédigé le  21 juin 2010 15:19  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site